Lomechuse Guide de pêche Lac Memphrémagog

Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Cette année, il semblerait que la montaison ait été de courte durée et que le nombre de saumon ne soit pas très impressionnant comparé aux années précédentes.Cependant, ce fut tout de même très productif, très instructif et très agréable.

 

J'ai pu voir l'évolution de ces magnifiques prédateurs, ces machines à manger, aussitôt qu'ils entrent dans les affluents. À leur arrivée, ils sont encore frais, ils sont agressifs, combatifs et plein d'énergie. Au fur et à mesure que la période de reproduction arrive, ils se rapprochent un peu plus de leur sacrifice pour l'espèce. C'est malheureux, mais on voit l'évolution au fil du temps. Les femelles ne se nourrissent plus, les mâles sont de plus en plus agressifs et ils se colorent encore plus. Je n'aime pas l'expression mais il ne faut pas se voiler la face : ils pourrissent vivant au fur et à mesure que les femelles se préparent à pondre jusqu'à l'épisode vital mais fatal de la reproduction. Bientôt les rivières seront jonchées de cadavres et de carcasses de saumons chinook, c'est la mort pour donner la vie. C'est la perpétuation de l'espèce par le sacrifice des adultes matures.



Mais, passons plutôt à des choses plus réjouissantes : le plaisir que procure aux pêcheurs le combat avec ces splendides animaux. Il faut le souligner, ces poissons savent instinctivement utiliser les veines d'eau, les courants et les remous pour rendre le combat ardu et éprouvant pour le pêcheur. Le mal de bras est souvent de mise mais l'adrénaline lors du combat est à son comble et la satisfaction de prendre une photo avec son trophée est sans borne. Alors, pour ça, il faut remercier ces poissons, les aimer et les respecter.

La première fin de semaine de septembre (6-7 septembre) a connu une première montaison timide. J'y suis tout de même aller accompagné de Tommy (Fishingshack) et Simon. Ce fut une fin de semaine de découverte et repérage. Je vous laisse le soin de lire les péripéties de cette fin de semaine en vous renvoyant aux excellents articles de Tommy (Miser gros pour les trophées - partie 1 et Miser gros pour les trophées - partie 2)



La seconde fin de semaine de septembre (13-14 septembre) fut la plus fructueuse, la plus spectaculaire et la plus incroyable. En effet, j'ai eu le plaisir de confronter une montaison de saumon Coho. J'en ai piqué et combattu 6 en tout dans la même journée et j'ai vraiment pu apprécier à quel point les individus de cette espèce sont hors du commun et incroyablement combatif. C'est bien simple, le combat est incontrôlable, Ce poisson est un gymnastique avec acrobaties et péripéties au rendez-vous!! Il faut dire que contrairement à son cousin (le saumon chinook), le saumon coho monte en rivière alors qu'il est encore très frais, sans coloration, une vrai torpille chrome. Le combat, à poids égal, surpasse celui de la steelhead. C'est bien simple, les 6 cohos combattus ont tous gagné. J'ai eu l'adrénaline du combat mais ils m'ont tous laissé sur ma faim quant à la satisfaction d'immortaliser le moment sur pellicule!!!



 

Cependant, le chinook, lors de cette fin de semaine, battait son plein et Simon et moi avons eu une fin de semaine bien remplie et éprouvante physiquement avec plus d'une vingtaine de combat par personne par jour. Des mâles, certes, mais aussi des femelles. Il n'y a pas à sourciller : on y était dans le meilleur moment!! Et d'ailleurs, ça m'a valu un trophée digne de ce nom, estimé à plus de 25 livres (et peut être même, après discussion avec certains, la possibilité que ce soit en fait un 30 livres +).





Entre la deuxième fin de semaine et la troisième fin de semaine, il semble que les montaisons se soient arrêtées et les poissons présents étaient donc maintenant en rivière depuis quelques jours. J'ai pu ainsi comparer les combats et il est vrai que les combats de chinook avaient diminués en intensité et en puissance. Je sentais les poissons plus fatigués et moins alertes. Mais, ne vous y tromper pas, ça reste encore tout un challenge. Lors de cette fin de semaine, j'étais avec Louis. C'était sa première expérience au centerpin et la première fois qu'il se mesurait à ces salmonidés de taille monstrueuse. Après une journée et demi d'apprentissage par déception et frustration, Louis a pu avoir l'adrénaline du combat et la satisfaction de la photo. En plus, il peut être fier car il fait d'une pierre deux coups en ramenant au bord pour la photo une gros mâle de 39 pouces estimé entre 20 et 25 livres!! Bravo Louis, une belle victoire qui restera à jamais gravé dans ta mémoire!! :)



Là où je suis fier, c'est que durant cette fin de semaine, malgré le fait que seuls les mâles agressifs semblaient encore preneur, j'ai réussi à tenter, combattre et ramener au bord, une belle femelle de 38 pouces estimée à au moins 25 livres avec le poids des œufs. Louis pose sur la photo avec cette splendide "hen" (comme les locaux appellent les femelles chinook pleine d'oeufs) bientôt prête à aller remplir son devoir.



Durant cette troisième fin de semaine (20-21 septembre), j'ai également eu le plaisir de faire la connaissance de Charles et Guillaume de Montréal Pêche Blog. Entre passionnée, les atomes crochus sont tout de suite évident!!! On a fini par pêcher ensemble le dimanche après-midi. Centerpin contre mouche!! Pas de concours, pas de compétition, pas de gagnants, pas de perdants, que du plaisir, du partage, des histoires de pêche et de l'adrenaline jusqu'à la nuit tombante!!! Merci les gars, j'ai hâte à notre prochaine rencontre!!

Et un énorme merci aux principaux protagonistes muets de cette histoire : Les saumons chinooks.

Mâles:


et

Femelles :



Je tenais à souligner que nous, pêcheurs à gué et de rivière, avons l’opportunité de côtoyer et prendre ces poissons majestueux lors de leur montaison en rivière pour se reproduire. Alors, ne serait-ce que pour continuer à avoir cette chance et par respect pour l'espèce et pour assurer la pérennité de cette manne de poissons et d'avoir la possibilité de les pêcher encore longtemps pendant leur montaison, je ne saurais que recommander à l'ensemble des pêcheur de traiter ces poissons avec respect et le meilleur signe de respect que vous puissiez leur témoigner est de les gracier tous après avoir eu votre photo souvenir.

Merci

Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Premier article publié sur le site internet Pêche QC

Technique peu connue mais qui a fait ses preuves ailleurs.

Je vous invite à aller lire l'article :

Technique de pêche au centerpin (CP)

Si vous avez des questions ou commentaires, n'hésitez pas à me contacter

Bruno Mayot


info@lomechuse.com

http://www.lomechuse.com/

https://www.facebook.com/lomechuseguidedepeche

819-209-5633

Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Quand la pêche est bonne, il faut le dire. Quand la pêche est difficile, il faut le dire aussi!!!

Voilà maintenant plus de 2 semaines que la pêche au lac Memphrémagog est très difficile. Les informations renvoyées par le sonar ne sont vraiment pas encourageantes. De l'éperlan partout dispersés en petits bancs dans l'ensemble de la colonne d'eau!!! Ça n'est pas un bon signe!!! Pour moi, ça veut dire une chose, les éperlans font la fête et ils n'ont pas peur d'être mangé car il n'y a aucun prédateur qui les chasse. C'est le "party" éperlan!!!

Certes, le mois d'août est souvent réputé pour être un mois difficile pour la pêche aux salmonidés car la plupart des espèces ont fait leurs réserves de graisse pour jeuner durant la période estivale. Et quand on sait que certaines espèces de salmonidés peuvent jeûner jusqu'à 30 jours, on n'est pas sorti de notre désespoir de pêcheur. Cependant, il y a toujours quelques poissons égarés, quelques poissons agressifs, ou gourmands!!! Mais là, cette année, on est dans les extrêmes!!! Seuls les poissons de plus petites tailles semblent se nourrir. Les autres semblent avoir encore leur réflexe d'agressivité mais ils mordent du bout des lèvres. Je ne compte plus les attaques qui ne se concrétisent pas autrement que par une frustration du pêcheur car le poisson ne s'est tout simplement pas accroché à l'hameçon.

Certes, les temps sont durs pour la pêche et ça doit se savoir car ce sont les premières journées où je constate que le nombre de pêcheurs a fondu comme neige au soleil. C'est sûr, les pêcheurs sont une grande famille et ils se parlent. Le bouche à oreille fonctionne à merveille. La pêche est très difficile, les poissons ne sont pas réactifs. Du coup, les pêcheurs désertent!!! Aujourd'hui, samedi 16 août, j'ai compté à peine une dizaine de bateaux. Jeudi, nous étions 4 bateaux. Je n'avais jamais vu ça. L'habituel, le commun, pour ce lac, c'est souvent au dessus de 40 bateaux qui sillonnent ces eaux à la recherche du trophée de truite grise, arc-en-ciel, brune ou ouananiche. L'espoir fait vivre mais la dure réalité de la nature est toujours plus forte!!!

Ce n'est pas les attaques qui manquent, ni même l'action. Du poisson, on en prend mais c'est du format "mini" : petites ouananiches et petites truites grises agrémentent souvent nos journées de pêche mais....ce n'est pas ce qu'on recherche!!!!!!


Cependant, une lueur d'espoir est venu frapper à nos portes ces derniers jours avec le refroidissement de l'eau, les nuits fraîches et les journées nuageuses. Les informations du sonar sont plutôt encourageantes et semblent évoluer dans la bonne direction. Les éperlans se regroupent et quelques poissons semblent redevenir actifs.

Depuis la forte pluie de mercredi, les conditions météorologiques ont changé et le température de l'eau de surface a diminué de 3°C. Il semblerait que cela ait eu son effet sur les poissons. Il semble y avoir un éveil et la présence que quelques poissons actifs!!! Ainsi, jeudi, avec Alain et Francine, nous avons pris plusieurs ouananiches, quelques petites truites grises et une belle arc-en-ciel de 3 livres.





Samedi 16 août, avec Jean-François et son partenaire de pêche, nous avons aussi eu le plaisir de prendre quelques petites ouananiches, 2 petites truites grises et 2 belles arc-en-ciel de 2 et 4 livres.





Alors, comme on dit souvent.... Le meilleur est à venir!!!! Du moins, espérons le car la saison touche à sa fin rapidement.
Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Sortie de pêche du 28 juillet avec Guillaume et Fred.

Une superbe demi-journée de pêche avant de rencontrer la pluie avec Guillaume et Fred. Un total d'environ une dizaine de truites grises entre 7 et 12 livres, une steelhead de 3 livres et quelques poissons (ouananiches, arc-en-ciel et brune) manqués. Quelques photos des belles truites grises qui ont toutes été graciées. Merci Guillaume et Fred.










Sortie de pêche du 29 juillet avec Étienne, Clément et Christian.

Après la frénésie d'hier, je n'étais pas sûr de la réaction des poissons avec ce changement de pression et cette forte pluie. Ce matin, dès 5 h00 du matin, il y avait déjà de fortes rafales de vent. Généralement, c'est mauvais signe. Et bien, une fois de plus, ce signe ne trompe pas!!! La pêche fut difficile car le poisson n'était pas présent, il avait disparu. Ce fut toute un casse-tête pour en trouver un peu et encore là, il n'était pas très actif voir complètement amorphe. Ils mordaient mal!!! Quelques attaques manquées, quelques combats courts avant décrochage, on a quand même eu de l'action mais peu de succès jusqu'au moment fatidique du puisage du poisson. Cependant, nous avons réussi à tirer notre épingle du jeu avec une petite grise de 5 livres (remise à l'eau) et 2 ouananiches de 6 livres (en fait, ce n'est pas tout à fait vrai, seulement 1 a été puisée, l'autre s'est décrochée et s'est enfuie de la puise grâce à une savante manœuvre d'évitement et un saut périlleux!! ). Merci à Étienne, Clément et Christian.






Sortie de pêche du 1er août avec Michel.

Encore une journée difficile. Mais où sont les poissons!!! Font-ils la grève de la faim? Je soupçonne la création d'un syndicat des salmonidés du lac Memphrémagog qui complotent contre les pêcheurs!!! En tout cas, comme dit souvent un ami : "si tu vois un écran tout blanc sur ton écran de sonar, ça se peut qu'il n'y ait pas de poissons!!!!" Bref, malgré les conditions difficiles, j'ai quand même réussi à me débrouiller puisque j'ai fait prendre à Michel une belle truite grise de 12.5 lbs et j'ai pris une truite grise de 9 livres. Au total, 5 truites grises ont été pris et 4 d'entre elles sont retournées nagées dans les profondeurs du lac Memphrémagog dont la plus grosse de 12.5 lbs qui était une native du lac puisqu'elle n'avait pas la nageoire adipeuse coupée. Allez belle truite grise, va nous faire de belles petites grisounnes pour permettre de développer le plaisir de la pêche aux générations futures. Le reste en image.....Merci à Michel pour cette belle avant midi même si le poisson n'a pas été aussi coopératif qu'espéré.





Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Sortie de pêche du 21 juillet 2014 avec Maureen et France.

Une journée magnifique sur l'eau malgré des vents parfois importants en début de journée qui a ensuite été remplacé par les vagues des bateaux de plaisanciers des vacances de la construction. La pêche a été tout de même bonne grâce à France qui a rapidement apprivoisé la technique de pêche et qui nous a fait la barbe avec 2 belles ouananiches de 3 et 4 livres. Également, une belle truite grise de 7 livres est venu nous dire bonjour avant de regagner les profondeurs du lac. Merci Maureen et France pour cette superbe journée en votre compagnie.








Sortie de pêche du 25 juillet avec Tommy et Stéphanie.

Tommy a rédigé un excellent article de cette journée sur le page de son blog, je vous invite à aller le lire :

Qui se lève tôt récolte les poissons







Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
14 juillet 2014. 

Journée de fête nationale française. Une petite journée de pêche "recherche et développement" avec une nouvelle technique de pêche qui a prouvé son efficacité.

Une belle journée peu venteuse, pas trop chaude, pas trop ensoleillée et quelques beaux spécimens de truite grise du lac Memphrémagog.





15 juillet 2014.

Une petite escapade au lac Memphrémagog aujourd'hui avec Étienne, Pierre-Luc et Clément. On est arrivé tard, vers 10h00. Les poissons étaient plutôt amorphes (ils avaient du trop manger durant le matin!!!). 4 ou 5 arc-en-ciel ont suivi mon leurre jusqu'à la surface. C'était magnifique de les voir venir jusqu'en surface et tournoyer en rond avant de redescendre dans les abysses. C'était la première fois que ça m'arrivait que les arc-en-ciel aient ce comportement de suiveuses sans attaque. c'était quand même assez rageant de voir ces beaux gros dos vert olive tournoyer en surface et repartir!!! Pierre-Luc a fini par prendre une belle grise de 9 livres. Tout un combat qui a su satisfaire pleinement le pêcheur!!!





16 juillet 2014. 

Une autre demi-journée sur l'eau aujourd'hui avec Joe et Alain. Les poissons étaient capricieux et très timides. Quelques attaques manquées et 2 truites grises ont tout de même été tentées dont une belle toutoune de 9 livres.
Cependant Alain et Joe ont pu découvrir une nouvelle technique de pêche des plus efficaces même quand le poisson n'est pas très collaboratif. Comme ils avaient amené leur bateau avec eux, ils ont immédiatement appliqué cette technique en après-midi et ont eu le plaisir d'une rencontre avec une belle ouananiche de 6.5 livres. Bravo à vous deux. Vous êtes maintenant "armé" pour affronter et déjouer les "monstres" du lac Memphrémagog.





17 juillet 2014.

Aujourd'hui, j’accueille Claude et sa conjointe Sylvie, gagnant du concours organisé sur le Forum Pêche Québec pour une demi-journée de pêche guidée sur le lac Memphrémagog pour 2 personnes.

Ce fut une belle journée mais pas mal venteuse. Avec Claude et Sylvie nous avons eu beaucoup de plaisir à être sur l'eau, discuter et pêcher. Plusieurs prises de petites ouananiches ont agrémenté la journée ainsi qu'une belle ouananiche de 2 livres et demi et  une belle truite grise pour Sylvie qui a vraiment apprécié la force et la puissance de ce poisson combatif.

Merci Claude et Sylvie pour cette excellente avant-midi en votre compagnie.







19 Juillet 2014.

Ce samedi, je pêche avec Vincent. C'était sa fête le 15 juillet dernier et, comme c'est un passionné de pêche, sa blonde lui a offert le cadeau idéal que tout pêcheur rêve avoir de la part de sa blonde : une demi-journée de pêche au lac Memphrémagog pour déjouer les "monstres" des profondeurs : les truites grises. Nous avons pris, ce jour là quelques beaux spécimens variant entre 7 et 9 livres. Vincent a eu droit à un super cadeau. Vincent, il faudra que tu remercies ta blonde comme il se doit!!! :)









20 juillet 2014.

Aujourd'hui, je suis en compagnie de Louis et Camille. Deux français immigrés au Québec (comme moi). Amoureux de la pêche et probablement du lac Memphrémagog (comme moi aussi!!!). Comment dit-on déjà? Là où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir!!! Et bien, là, on ne s'est pas gêné, on a passé la journée complète sur l'eau pour une session recherche et développement. Beaucoup de plaisir en excellente compagnie et les tests se sont révélés fructueux puisque nous avons sorti quelques belles toutounes entre 8 et 9 livres, une arc-en-ciel de souche steehead de 3 livres 1/2 et quelques ouananiches. Le seul point noir de la journée (en fait, le plus grand fou rire de la journée) fut la dextérité de Louis avec l'épuisette qui a réussi à manquer le puisage d'une belle petite truite brune. Il a réussi à accrocher le leurre auquel était suspendu une belle truite brune qui a fini par se décrocher après quelques coups de queue acrobatiques. Mon pauvre Louis a simplement ramené le leurre accroché au filet mais le poisson, lui a été gracié involontairement. Certes, cette belle truite brune colorée aurait été gracié tout de même mais après être passé par une séance photo pour la postérité. Pas grave, on a eu bien du fun!!!









Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Rapport de pêche du 21 juin 2014.

C'est à se demander si c'est possible?? Un abonnement aux grosses ouananiches du lac Memphrémagog!! Je commence à y croire.... :)

Samedi matin, 5h30, je suis rejoins à Georgeville par Jean et Micheline, sa conjointe. Jean aimerai faire découvrir la pêche au lac Memphrémagog à sa conjointe et qu'elle prenne une grosse ouananiche. Aie, je n'étais pas informé, je ne savais pas qu'il y avait une commande!! La pression monte!!! Mais celle-ci est vite redescendu!!! Comme dans un rêve éveillé, la journée (ou plutôt devrais-je dire, la matinée) fut parfaite, un vrai conte de fées (si tant est que les contes de fée traitent de la pêche aux salmonidés!!!).

Je vais tâcher de raconter sobrement cette matinée spéciale. Nous arrivons à l'endroit de pêche, connu de tous les pêcheurs du lac Memphrémagog, vers 6h10. Le temps de mettre les lignes à l'eau, il est 6h20 et il y a déjà une bonne vingtaine de bateaux dont plusieurs sont ancrés. J'entame à peine un changement de direction pour éviter quelques bateaux ancrés et quelques bateaux en mouvement que nous entendons le moulinet d'une de nos lignes se "plaindre". En un clin d’œil, toute l'attention est rivée sur nous, la canne est pliée en deux dans le porte canne, le poisson tire comme un fou et tous les pêcheurs voient cette majestueuse ouananiche se débattre comme un folle en faisant des sauts acrobatiques de plusieurs mètres hors de l'eau....  YES!!!!! À peine 5 minutes de pêche et c'est déjà le temps pour Micheline de se mesurer aux rois des eaux du lac Memphrémagog. Mais, rien n'est fait!!! Tout le monde sait pertinemment bien que la partie la plus excitante dans cette pêche, c'est, non seulement l'attaque extraordinairement violente, mais aussi le combat épique que peuvent livrer ces saumons d'eau douce. Ils donnent tous ce qu'ils ont, c'est surement instinctif mais les départs, arrêts, retours, revirements, sauts et tout autre moyen possible sont bons pour ce poisson pour réussir à se libérer des ces "chaînes" matérialisées par un filin de monofilament de 10 livres test. Bref, tout ça pour dire, tant que le poisson n'est pas dans la puise, il a toute ses chances de recouvrer sa liberté avec seulement un 'piercing" et léger mal de mâchoire pour le poisson mais aussi une énorme blessure à l'orgueil pour le pêcheur!!!

Après environ 5 minutes de combat intense mais tout en contrôle de la part de Micheline (bravo Micheline, j'ai été très impressionné par ton contrôle ton sang froid et ta concentration, tu as fait ça comme un pro!!!), le saumon d'eau douce n'a pu se rendre qu'à la terrible évidence, il était vaincu, il avait trouvé son maître!!! Et hop, une belle ouananiche de 5.5 livres dans la puise et un énorme sourire pour Micheline et son conjoint. L'adrénaline au maximum, tout le monde est heureux, on se congratule, on se tape dans les mains et on apprécie la beauté de cette ouananiche qui a chèrement vendu sa peau.





OUF!!! Une bonne partie de la pression est retombée pour moi. J'ai rempli la moitié de mon contrat en 5 minutes (allez 15 minutes, le temps de l'attaque, du combat et de la séance photo!!!). Je ne pouvais pas rêver mieux..... Mais revenons à la réalité, c'est un samedi, la réputation du lac Memphrémagog n'est plus à faire et ce sera certainement difficile de se démarquer au milieu de cette marée de bateaux de pêcheurs.

Cependant, 10 minutes se sont écoulés depuis la première capture, et voilà qu'on recommence : moulinet qui chante, canne qui plie...Génial, me dis-je, c'est reparti. Mais c'est trop beau pour être vrai. Le temps de prendre la canne dans les mains, le poisson nous a déjà salué et quitté. On saura jamais ce que c'était, il a gagné, il s'est décroché avant même d'entamer le combat.

Là, je me dis : "aie, j'ai un mauvais pré-sentiment!!!". En effet, la galère commence, le vent se lève et il change de direction, le jour avance, le soleil monte, les bateaux s'accumulent et le poisson semble avoir la bouche fermée. Et pourtant, ce n'est pas le poisson qui manque, le sonar nous montre qu'il est bel et bien présent en grand nombre mais c'est encore et toujours un mystère pour moi, pourquoi ne s'attaque-t-il pas à nos leurres?? Quelques heures passent, (avec des prises minimes, par-ci par-là, quelques ouananiches entre 6 et 12 pouces) je regarde les pêcheurs autour de nous dans les autres bateaux, il ne semble pas y avoir beaucoup d'action, la radio VHF est allumé mais aucun commentaire ne se fait entendre. C'est mauvais signe car tout le monde sait que le pêcheur peut être très éloquent à la radio quand c'est la frénésie alimentaire du saumon et que tout le monde prend du poisson..... Mais, nous ne sommes pas dans cette éventualité là aujourd'hui. J'ai pour mon dire que les ouananiche du lac Memphrémagog ont un calendrier gravé dans la tête et qu'ils connaissent et craignent les jours de fin de semaine. Pour eux aussi, ce sont des jours chômés, ils ne travaillent pas (ils ne mordent pas!!!).

Très bien qu'à cela ne tienne, on change de technique!!! Vous ne voulez pas de nos leurres en surface, vous êtes trop fainéant, vous ne voulez pas vous déplacer.... Ok, alors ce seront nos leurres qui viendront à vous!!! Et hop, on passe au downrigger. Il est environ 9h30 à ce moment là.

Eh bien, quelle bonne idée j'ai eu là. Ça a pris une trentaine de minutes environ, le temps de s'ajuster au niveau vitesse, profondeur et type de leurre. Après deux déclenchements manqués, le troisième déclenchement fut le bon et tout un!!!! L'attaque a été si violente que la canne s'est retrouvée à plier légèrement dans la sens inverse lors du déclenchement, mais, elle n'a pas tardé à s’arquer de nouveau et le manège habituel d'un poisson de taille plus que respectable s'en est suivi. Canne plantée, moulinet qui pleure (au point que je pensais qu'on était pris dans le fond, mais vu la profondeur du lac et la profondeur à laquelle évoluait notre leurre, c'était impossible que ce soit le fond).

Yes, c'est au tour de Jean de se mesurer au roi des eaux du lac Memphrémagog. Je passerai le détails du combat car, vu la taille de cette ouananiche (record embarqué dans mon bateau à date), il n'est pas possible de faire autrement que de rendre hommage à ce magnifique poisson en parlant plutôt des couleurs, de la beauté et surtout de la largeur de ce poisson. Elle est venu plusieurs fois nous salué au bateau puis repartir vers les profondeurs dans un remous d'eau intense. La tension était à son comble!! Et j'en rajoutais un peu en disant à Jean : "ne la manque pas, prends ton temps, c'est une TRÈS grosse ouananiche!!"

L'électricité dans l'air était palpable quand ce saumon s'est abandonné corps et âmes dans la puise. Tout le monde était heureux, excité et tremblant mais aussi sans voix devant la taille et la largeur de la bête!!! Cette ouananiche a fait osciller la balance à 7 livres et 8 onces exactement!!! Mon précédent record dans mon bateau datait d'il y a 2 jours : 7 livres et 1 once (le précédent record - 7 livres -  datait de deux autres jour avant). WOW!!! Ai-je pris un abonnement aux grosses ouananiches, cette année??? Je l'espère. Je crois au "karma". Cela fait plusieurs années que je m'implique activement bénévolement pour ce lac : ensemencement de salmonidés, recherche de subventions pour l'ensemencement, gestion conjointe des populations de salmonidés du lac avec le gouvernement du Québec et le gouvernement du Vermont, etc.... Je crois sincèrement que ces actions ont porté fruit et j'ai reçu ma récompense.... Pourvu que ça dure!!!

Et Bravo à Jean qui a combattu son poisson comme un maître et qui repart avec un trophée bien mérité!! Une ouananiche du lac Memphrémagog de 7.5 livres!!!






Il est 10h30 environ. La journée est encore jeune mais le contrat est rempli. Ainsi, vers 11h15, Jean et Micheline ont décidé qu'ils avaient ce qu'il étaient venu chercher et la matinée de pêche s'est achevée sur cette note magique.

Merci Micheline et Jean de m'avoir témoigné votre confiance. Je suis heureux d'avoir pu combler vos attentes. Et merci Lac Memphrémagog pour ta générosité!!!
Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Rapport de pêche du 19 juin 2014.

Eh oui, c'est le temps de la ouananiche au lac Memphrémagog, c'est indéniable!!

Mais, comme à chaque année, du moins, depuis que je pêche le lac Memphrémagog, j'ai pour mon dire qu'il y a un phénomène de mode aussi chez les poissons!!! À chaque année, il y a toujours un leurre, une couleur ou une technique qui fonctionne mieux que les autres et qui nous permet de se démarquer pour cibler les grosses ouananiches du lac Memphrémagog.

J'ai trouvé le leurre "en vogue" cette année. Il m'a valu la pêche miraculeuse du mardi 17 juin dernier (voir : La pêche miraculeuse ). Alors, c'est sûr qu'il allait se faire tremper pour la journée du jeudi 19 juin.  Cependant, il faut toujours considérer les autres facteurs aussi. La température de l'eau, le vent, l'ensoleillement sont aussi des facteurs qui peuvent jouer sur la présentation du leurre fétiche.

Ainsi, jeudi, il est 5h30 du matin, David et Sébastien m'accompagne à la pêche au lac Memphrémagog. Je réinstalle le même "set-up" qui m'a valu la pêche de mardi. Pourquoi changer une recette gagnante d'il y a à peine 2 jours!!!  Mais, les conditions ont changé, l'eau de surface s'est réchauffée et malgré une vitesse de traîne accrue, nous n'arrivons à décider que des perchaudes!!!!   Ooops, mauvais signe.....

Mais, je me souviens aussi d'une autre "vérité" sur la pêche : "le bon leurre, au bon endroit, au bon moment" auquel je rajouterai souvent : " À la bonne vitesse et la bonne profondeur "..... La vitesse me semblait bonne, j'ai donc choisi de changer la profondeur. Cela fit toute la différence, enfin la journée de pêche commençait!!!

Elle débuta tranquillement avec une arc-en-ciel de 3 livres. Puis, cela augmenta avec une arc-en-ciel de souche steelhead estimée entre 4 et 5 livres, car celle-ci eu le dessus sur le pêcheur en réussissant à se décrocher à l'aplomb du bateau (nous avons quand même bien eu le temps d'apprécier sa taille et ses couleurs magnifiques).

Vint rapidement par la suite, la cerise sur le gâteau..... Attaque violente, moulinet qui crie (une plainte stridente signe de toute une pièce de poisson!!!), canne pliée en deux qu'il fut difficile de sortir du porte-canne tellement le poisson était pesant.... Je passe la canne a Sébastien et je lui dis, amuse toi, prends ton temps, c'est un très beau poisson que tu as au bout de la ligne!!!

Quelques minutes de combat pour ramener ce poisson au bateau. Nous ne savons pas encore ce que c'est, ni quelle taille elle a, car elle ne nous a pas faire l'honneur de se montrer. Elle est au pied du bateau et elle garde le fond. Soudainement, le poisson entame une course vers la surface et elle nous a tous surpris avec une saut majestueux à quelques centimètres du côté du bateau!!! Elle était tellement proche qu'elle aurait pu retomber directement dans le bateau mais ce saut ressemblait à un décollage de fusée, une poussée franche et nette à la verticale. Elle est restée suspendue dans les airs comme si on vivait un ralenti dans une vidéo.

Nous avons pu apprécier sa taille et sa beauté et j'ai vu Sébastien réalisé enfin quel poisson il avait au bout de la ligne. Il a surement reçu une grand décharge d'adrénaline à ce moment là car j'ai senti qu'il se concentrait pour être sûr d'embarquer ce majestueux animal.

Lorsque celle-ci fut dans la puise, ce fut le soulagement et le temps des félicitations. Grands sourires, cris de joie et accolades. Le verdict de la pesée la fit osciller à 7 livres tout rond. La plus grosse ouananiche à vie pour Sébastien!!!



Le reste de la matinée fut plus frustrant avec plusieurs gros poissons qui furent échappés dont notamment, une autre ouananiche de la même taille que la précédentre (entre 6 et 8 livres) qui finit par se décrocher au bateau alors que le combat était quasiment terminé. Mon pauvre David était vraiment frustré et je le comprends!!! David, ne t'en fais pas, tout vient à qui sait attendre!! La prochaine sera encore plus belle!! :)

Au total, nous avons eu 8 attaques de gros poissons, 8 combats mais seulement 2 d'entre eux furent concrétisés par le verdict final : la poisson dans la puise.
Ce fut une journée mémorable tout de même. De très bons souvenirs en excellente compagnie, Merci David et Sébastien.

Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Rapport de pêche - 17 juin 2014.


Journée calme et ensoleillée qui s'annonce. François et Stephan me rejoignent au quai de Georgville pour 5h30 du matin et nous voilà parti pour une demi-journée de pêche au lac Memphrémagog. Sortie prévue à 13h00 au plus tard. J'étais loin de me douter qu'on allait décider de sortir plus tôt car on en avait pris assez!!! Je pense que c'est ma plus belle journée de pêche en terme de quantité et qualité à ce temps-ci de l'année. Le lac Memphrémagog peut nous réserver bien des surprises mais là, on a été comblé!!

Au total, on a rentré au bateau 10 poissons pour un total de 50 livres, donc une moyenne de 5 livres par poisson!!! On en a échappé au moins 3 autres dont une de très belle taille.

Si l'on décompose, on se retrouve avec 7 ouananiches (la plus grosse : 7 livres pour le jeune, félicitations François, tu as combattu ce magnifique saumon comme un pro!!!). Ensuite, bravo à Stephan qui, pour sa première au Memphrémagog a eu son quota de ouananiche avec une 6 livres, une 5 livres et une 4 livres et puis un bonus, une grosse arc-en-ciel de 4.5 livres. François aussi a fit son quota de ouananiche avec une 7 livres, une 5 livres et une 4 livres. Et moi, eh bien, j'ai pris la plus petite ouananiche : 3 livres ainsi qu'une belle de 4 livres et deux très belles arc-en-ciel de souche steelhead de 3.5 livres et 5 livres. Bref, ce fut une journée exceptionnelle et mémorable!!! Laissons parler les photos d'elles-même.





Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Y'en a pas de facile!!! Rapport de pêche du 11, 13 et 14 juin

Avec 2 jours de dépression avec des pluies importantes et des vents forts du Sud-Est, je me suis dit : "aie, soit les salmonidés sont heureux de ces changements drastiques de conditions climatiques et on va avoir une frénésie.... Soit, ils n'aiment pas du tout ça et on ne l'aura pas facile!!!"

Malheureusement, étant à la pêche la veille de ces changements (soit ce mercredi) et voyant l'évolution et la tendance vers une frénésie alimentaire juste avant l'arrivée de ces conditions extrêmes, ça s'annonçait mal pour les prochains jours!! Mon seul regret fut donc de ne pas pouvoir rester pêcher la fin de la journée pour profiter de ces moments uniques. On devait partir à 13h00 et les poissons ont commencé à s'activer vers 11h30. Juste le temps de prendre une ouananiche de 17 pouces et deux arc-en-ciel de souche steelhead (2 livres 1/2 et 4 livres), d'échapper 2 arc-en-ciel estimée à 3 livres et une grosse ouananiche estimée entre 5 et 7 livres qui a rapidement cassé le 10 livres test de la tricheuse. Avoir pu rester plus longtemps, dieu seul sait ce qui aurait pu se passer!!!!!

Mais revenons-en à nos conditions difficiles. En effet, jeudi fut une journée impossible pour aller pêcher. Vendredi était plus navigable mais la température de l'eau avait perdu plus de 3°C en surface et les poissons présents habituellement à certains endroits avaient totalement disparu. Samedi, même si les conditions climatiques et de navigation étaient présentes, les poissons eux, n'étaient pas au rendez-vous.

J'ai quand même fini par attraper une arc-en-ciel de souche steelhead le vendredi en après-midi de 2 livres et demi et quelques truites grises. Le samedi, ce fut une journée quasiment identique avec une arc-en-ciel de souche steelhead de 3 livres et une belle attaque sur tricheuse pour un combat qui s'annonçait féroce et violent mais qui fut assez rapide puisque ce que je pense être une grosse ouananiche ne nous a pas fait l'honneur de se présenter à nous, elle s'est décrochée avant.

Mais, c'est ça la pêche aux salmonidés, c'est imprévisible, désespérant parfois et pourtant on y retourne car l'adrénaline que cela procure est une bénédiction!!!!

Merci!
12
Nouveau message
feeds Flux