Lomechuse Guide de pêche Lac Memphrémagog

Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Rapport de pêche du 21 juin 2014.

C'est à se demander si c'est possible?? Un abonnement aux grosses ouananiches du lac Memphrémagog!! Je commence à y croire.... :)

Samedi matin, 5h30, je suis rejoins à Georgeville par Jean et Micheline, sa conjointe. Jean aimerai faire découvrir la pêche au lac Memphrémagog à sa conjointe et qu'elle prenne une grosse ouananiche. Aie, je n'étais pas informé, je ne savais pas qu'il y avait une commande!! La pression monte!!! Mais celle-ci est vite redescendu!!! Comme dans un rêve éveillé, la journée (ou plutôt devrais-je dire, la matinée) fut parfaite, un vrai conte de fées (si tant est que les contes de fée traitent de la pêche aux salmonidés!!!).

Je vais tâcher de raconter sobrement cette matinée spéciale. Nous arrivons à l'endroit de pêche, connu de tous les pêcheurs du lac Memphrémagog, vers 6h10. Le temps de mettre les lignes à l'eau, il est 6h20 et il y a déjà une bonne vingtaine de bateaux dont plusieurs sont ancrés. J'entame à peine un changement de direction pour éviter quelques bateaux ancrés et quelques bateaux en mouvement que nous entendons le moulinet d'une de nos lignes se "plaindre". En un clin d’œil, toute l'attention est rivée sur nous, la canne est pliée en deux dans le porte canne, le poisson tire comme un fou et tous les pêcheurs voient cette majestueuse ouananiche se débattre comme un folle en faisant des sauts acrobatiques de plusieurs mètres hors de l'eau....  YES!!!!! À peine 5 minutes de pêche et c'est déjà le temps pour Micheline de se mesurer aux rois des eaux du lac Memphrémagog. Mais, rien n'est fait!!! Tout le monde sait pertinemment bien que la partie la plus excitante dans cette pêche, c'est, non seulement l'attaque extraordinairement violente, mais aussi le combat épique que peuvent livrer ces saumons d'eau douce. Ils donnent tous ce qu'ils ont, c'est surement instinctif mais les départs, arrêts, retours, revirements, sauts et tout autre moyen possible sont bons pour ce poisson pour réussir à se libérer des ces "chaînes" matérialisées par un filin de monofilament de 10 livres test. Bref, tout ça pour dire, tant que le poisson n'est pas dans la puise, il a toute ses chances de recouvrer sa liberté avec seulement un 'piercing" et léger mal de mâchoire pour le poisson mais aussi une énorme blessure à l'orgueil pour le pêcheur!!!

Après environ 5 minutes de combat intense mais tout en contrôle de la part de Micheline (bravo Micheline, j'ai été très impressionné par ton contrôle ton sang froid et ta concentration, tu as fait ça comme un pro!!!), le saumon d'eau douce n'a pu se rendre qu'à la terrible évidence, il était vaincu, il avait trouvé son maître!!! Et hop, une belle ouananiche de 5.5 livres dans la puise et un énorme sourire pour Micheline et son conjoint. L'adrénaline au maximum, tout le monde est heureux, on se congratule, on se tape dans les mains et on apprécie la beauté de cette ouananiche qui a chèrement vendu sa peau.





OUF!!! Une bonne partie de la pression est retombée pour moi. J'ai rempli la moitié de mon contrat en 5 minutes (allez 15 minutes, le temps de l'attaque, du combat et de la séance photo!!!). Je ne pouvais pas rêver mieux..... Mais revenons à la réalité, c'est un samedi, la réputation du lac Memphrémagog n'est plus à faire et ce sera certainement difficile de se démarquer au milieu de cette marée de bateaux de pêcheurs.

Cependant, 10 minutes se sont écoulés depuis la première capture, et voilà qu'on recommence : moulinet qui chante, canne qui plie...Génial, me dis-je, c'est reparti. Mais c'est trop beau pour être vrai. Le temps de prendre la canne dans les mains, le poisson nous a déjà salué et quitté. On saura jamais ce que c'était, il a gagné, il s'est décroché avant même d'entamer le combat.

Là, je me dis : "aie, j'ai un mauvais pré-sentiment!!!". En effet, la galère commence, le vent se lève et il change de direction, le jour avance, le soleil monte, les bateaux s'accumulent et le poisson semble avoir la bouche fermée. Et pourtant, ce n'est pas le poisson qui manque, le sonar nous montre qu'il est bel et bien présent en grand nombre mais c'est encore et toujours un mystère pour moi, pourquoi ne s'attaque-t-il pas à nos leurres?? Quelques heures passent, (avec des prises minimes, par-ci par-là, quelques ouananiches entre 6 et 12 pouces) je regarde les pêcheurs autour de nous dans les autres bateaux, il ne semble pas y avoir beaucoup d'action, la radio VHF est allumé mais aucun commentaire ne se fait entendre. C'est mauvais signe car tout le monde sait que le pêcheur peut être très éloquent à la radio quand c'est la frénésie alimentaire du saumon et que tout le monde prend du poisson..... Mais, nous ne sommes pas dans cette éventualité là aujourd'hui. J'ai pour mon dire que les ouananiche du lac Memphrémagog ont un calendrier gravé dans la tête et qu'ils connaissent et craignent les jours de fin de semaine. Pour eux aussi, ce sont des jours chômés, ils ne travaillent pas (ils ne mordent pas!!!).

Très bien qu'à cela ne tienne, on change de technique!!! Vous ne voulez pas de nos leurres en surface, vous êtes trop fainéant, vous ne voulez pas vous déplacer.... Ok, alors ce seront nos leurres qui viendront à vous!!! Et hop, on passe au downrigger. Il est environ 9h30 à ce moment là.

Eh bien, quelle bonne idée j'ai eu là. Ça a pris une trentaine de minutes environ, le temps de s'ajuster au niveau vitesse, profondeur et type de leurre. Après deux déclenchements manqués, le troisième déclenchement fut le bon et tout un!!!! L'attaque a été si violente que la canne s'est retrouvée à plier légèrement dans la sens inverse lors du déclenchement, mais, elle n'a pas tardé à s’arquer de nouveau et le manège habituel d'un poisson de taille plus que respectable s'en est suivi. Canne plantée, moulinet qui pleure (au point que je pensais qu'on était pris dans le fond, mais vu la profondeur du lac et la profondeur à laquelle évoluait notre leurre, c'était impossible que ce soit le fond).

Yes, c'est au tour de Jean de se mesurer au roi des eaux du lac Memphrémagog. Je passerai le détails du combat car, vu la taille de cette ouananiche (record embarqué dans mon bateau à date), il n'est pas possible de faire autrement que de rendre hommage à ce magnifique poisson en parlant plutôt des couleurs, de la beauté et surtout de la largeur de ce poisson. Elle est venu plusieurs fois nous salué au bateau puis repartir vers les profondeurs dans un remous d'eau intense. La tension était à son comble!! Et j'en rajoutais un peu en disant à Jean : "ne la manque pas, prends ton temps, c'est une TRÈS grosse ouananiche!!"

L'électricité dans l'air était palpable quand ce saumon s'est abandonné corps et âmes dans la puise. Tout le monde était heureux, excité et tremblant mais aussi sans voix devant la taille et la largeur de la bête!!! Cette ouananiche a fait osciller la balance à 7 livres et 8 onces exactement!!! Mon précédent record dans mon bateau datait d'il y a 2 jours : 7 livres et 1 once (le précédent record - 7 livres -  datait de deux autres jour avant). WOW!!! Ai-je pris un abonnement aux grosses ouananiches, cette année??? Je l'espère. Je crois au "karma". Cela fait plusieurs années que je m'implique activement bénévolement pour ce lac : ensemencement de salmonidés, recherche de subventions pour l'ensemencement, gestion conjointe des populations de salmonidés du lac avec le gouvernement du Québec et le gouvernement du Vermont, etc.... Je crois sincèrement que ces actions ont porté fruit et j'ai reçu ma récompense.... Pourvu que ça dure!!!

Et Bravo à Jean qui a combattu son poisson comme un maître et qui repart avec un trophée bien mérité!! Une ouananiche du lac Memphrémagog de 7.5 livres!!!






Il est 10h30 environ. La journée est encore jeune mais le contrat est rempli. Ainsi, vers 11h15, Jean et Micheline ont décidé qu'ils avaient ce qu'il étaient venu chercher et la matinée de pêche s'est achevée sur cette note magique.

Merci Micheline et Jean de m'avoir témoigné votre confiance. Je suis heureux d'avoir pu combler vos attentes. Et merci Lac Memphrémagog pour ta générosité!!!
Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Rapport de pêche du 19 juin 2014.

Eh oui, c'est le temps de la ouananiche au lac Memphrémagog, c'est indéniable!!

Mais, comme à chaque année, du moins, depuis que je pêche le lac Memphrémagog, j'ai pour mon dire qu'il y a un phénomène de mode aussi chez les poissons!!! À chaque année, il y a toujours un leurre, une couleur ou une technique qui fonctionne mieux que les autres et qui nous permet de se démarquer pour cibler les grosses ouananiches du lac Memphrémagog.

J'ai trouvé le leurre "en vogue" cette année. Il m'a valu la pêche miraculeuse du mardi 17 juin dernier (voir : La pêche miraculeuse ). Alors, c'est sûr qu'il allait se faire tremper pour la journée du jeudi 19 juin.  Cependant, il faut toujours considérer les autres facteurs aussi. La température de l'eau, le vent, l'ensoleillement sont aussi des facteurs qui peuvent jouer sur la présentation du leurre fétiche.

Ainsi, jeudi, il est 5h30 du matin, David et Sébastien m'accompagne à la pêche au lac Memphrémagog. Je réinstalle le même "set-up" qui m'a valu la pêche de mardi. Pourquoi changer une recette gagnante d'il y a à peine 2 jours!!!  Mais, les conditions ont changé, l'eau de surface s'est réchauffée et malgré une vitesse de traîne accrue, nous n'arrivons à décider que des perchaudes!!!!   Ooops, mauvais signe.....

Mais, je me souviens aussi d'une autre "vérité" sur la pêche : "le bon leurre, au bon endroit, au bon moment" auquel je rajouterai souvent : " À la bonne vitesse et la bonne profondeur "..... La vitesse me semblait bonne, j'ai donc choisi de changer la profondeur. Cela fit toute la différence, enfin la journée de pêche commençait!!!

Elle débuta tranquillement avec une arc-en-ciel de 3 livres. Puis, cela augmenta avec une arc-en-ciel de souche steelhead estimée entre 4 et 5 livres, car celle-ci eu le dessus sur le pêcheur en réussissant à se décrocher à l'aplomb du bateau (nous avons quand même bien eu le temps d'apprécier sa taille et ses couleurs magnifiques).

Vint rapidement par la suite, la cerise sur le gâteau..... Attaque violente, moulinet qui crie (une plainte stridente signe de toute une pièce de poisson!!!), canne pliée en deux qu'il fut difficile de sortir du porte-canne tellement le poisson était pesant.... Je passe la canne a Sébastien et je lui dis, amuse toi, prends ton temps, c'est un très beau poisson que tu as au bout de la ligne!!!

Quelques minutes de combat pour ramener ce poisson au bateau. Nous ne savons pas encore ce que c'est, ni quelle taille elle a, car elle ne nous a pas faire l'honneur de se montrer. Elle est au pied du bateau et elle garde le fond. Soudainement, le poisson entame une course vers la surface et elle nous a tous surpris avec une saut majestueux à quelques centimètres du côté du bateau!!! Elle était tellement proche qu'elle aurait pu retomber directement dans le bateau mais ce saut ressemblait à un décollage de fusée, une poussée franche et nette à la verticale. Elle est restée suspendue dans les airs comme si on vivait un ralenti dans une vidéo.

Nous avons pu apprécier sa taille et sa beauté et j'ai vu Sébastien réalisé enfin quel poisson il avait au bout de la ligne. Il a surement reçu une grand décharge d'adrénaline à ce moment là car j'ai senti qu'il se concentrait pour être sûr d'embarquer ce majestueux animal.

Lorsque celle-ci fut dans la puise, ce fut le soulagement et le temps des félicitations. Grands sourires, cris de joie et accolades. Le verdict de la pesée la fit osciller à 7 livres tout rond. La plus grosse ouananiche à vie pour Sébastien!!!



Le reste de la matinée fut plus frustrant avec plusieurs gros poissons qui furent échappés dont notamment, une autre ouananiche de la même taille que la précédentre (entre 6 et 8 livres) qui finit par se décrocher au bateau alors que le combat était quasiment terminé. Mon pauvre David était vraiment frustré et je le comprends!!! David, ne t'en fais pas, tout vient à qui sait attendre!! La prochaine sera encore plus belle!! :)

Au total, nous avons eu 8 attaques de gros poissons, 8 combats mais seulement 2 d'entre eux furent concrétisés par le verdict final : la poisson dans la puise.
Ce fut une journée mémorable tout de même. De très bons souvenirs en excellente compagnie, Merci David et Sébastien.

Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Rapport de pêche - 17 juin 2014.


Journée calme et ensoleillée qui s'annonce. François et Stephan me rejoignent au quai de Georgville pour 5h30 du matin et nous voilà parti pour une demi-journée de pêche au lac Memphrémagog. Sortie prévue à 13h00 au plus tard. J'étais loin de me douter qu'on allait décider de sortir plus tôt car on en avait pris assez!!! Je pense que c'est ma plus belle journée de pêche en terme de quantité et qualité à ce temps-ci de l'année. Le lac Memphrémagog peut nous réserver bien des surprises mais là, on a été comblé!!

Au total, on a rentré au bateau 10 poissons pour un total de 50 livres, donc une moyenne de 5 livres par poisson!!! On en a échappé au moins 3 autres dont une de très belle taille.

Si l'on décompose, on se retrouve avec 7 ouananiches (la plus grosse : 7 livres pour le jeune, félicitations François, tu as combattu ce magnifique saumon comme un pro!!!). Ensuite, bravo à Stephan qui, pour sa première au Memphrémagog a eu son quota de ouananiche avec une 6 livres, une 5 livres et une 4 livres et puis un bonus, une grosse arc-en-ciel de 4.5 livres. François aussi a fit son quota de ouananiche avec une 7 livres, une 5 livres et une 4 livres. Et moi, eh bien, j'ai pris la plus petite ouananiche : 3 livres ainsi qu'une belle de 4 livres et deux très belles arc-en-ciel de souche steelhead de 3.5 livres et 5 livres. Bref, ce fut une journée exceptionnelle et mémorable!!! Laissons parler les photos d'elles-même.





Bruno Mayot (lomechuse) par Bruno Mayot (lomechu... @
Y'en a pas de facile!!! Rapport de pêche du 11, 13 et 14 juin

Avec 2 jours de dépression avec des pluies importantes et des vents forts du Sud-Est, je me suis dit : "aie, soit les salmonidés sont heureux de ces changements drastiques de conditions climatiques et on va avoir une frénésie.... Soit, ils n'aiment pas du tout ça et on ne l'aura pas facile!!!"

Malheureusement, étant à la pêche la veille de ces changements (soit ce mercredi) et voyant l'évolution et la tendance vers une frénésie alimentaire juste avant l'arrivée de ces conditions extrêmes, ça s'annonçait mal pour les prochains jours!! Mon seul regret fut donc de ne pas pouvoir rester pêcher la fin de la journée pour profiter de ces moments uniques. On devait partir à 13h00 et les poissons ont commencé à s'activer vers 11h30. Juste le temps de prendre une ouananiche de 17 pouces et deux arc-en-ciel de souche steelhead (2 livres 1/2 et 4 livres), d'échapper 2 arc-en-ciel estimée à 3 livres et une grosse ouananiche estimée entre 5 et 7 livres qui a rapidement cassé le 10 livres test de la tricheuse. Avoir pu rester plus longtemps, dieu seul sait ce qui aurait pu se passer!!!!!

Mais revenons-en à nos conditions difficiles. En effet, jeudi fut une journée impossible pour aller pêcher. Vendredi était plus navigable mais la température de l'eau avait perdu plus de 3°C en surface et les poissons présents habituellement à certains endroits avaient totalement disparu. Samedi, même si les conditions climatiques et de navigation étaient présentes, les poissons eux, n'étaient pas au rendez-vous.

J'ai quand même fini par attraper une arc-en-ciel de souche steelhead le vendredi en après-midi de 2 livres et demi et quelques truites grises. Le samedi, ce fut une journée quasiment identique avec une arc-en-ciel de souche steelhead de 3 livres et une belle attaque sur tricheuse pour un combat qui s'annonçait féroce et violent mais qui fut assez rapide puisque ce que je pense être une grosse ouananiche ne nous a pas fait l'honneur de se présenter à nous, elle s'est décrochée avant.

Mais, c'est ça la pêche aux salmonidés, c'est imprévisible, désespérant parfois et pourtant on y retourne car l'adrénaline que cela procure est une bénédiction!!!!

Merci!
12
Nouveau message
feeds Flux